Home contact general
mentions legales
nos sponsors
Historique marque
modeles trial
modeles enduro
modeles route, trail, mopeds
annonces
boutique
documents techniques
fanticotheque
essais
nos dossiers
contacts
adhesion
vie du club et sorties
competition a l’ancienne
restaurations
galeries de photos
liens
Logo Fantic
/ Compétition à l'ancienne / La Clusaz
Trial de Ligue à La Clusaz - Un 240pro en S3 - "Sont fous ces Romains !"

Quand on dit à des pilotes d'anciennes "3e manche ligue Dauphiné/Savoie à "La Clusaz", certains retiendront "3e manche ligue Dauphiné/Savoie", d'autres, comme votre optimiste serviteur, "La Clusaz", charmante station des Alpes proche de chez moi, avec points de vues imprenables. Il ne m'en a pas fallu plus pour m'inscrire (avec une licence FFM à la journée), car une telle manifestation en un tel endroit, ne pouvait se manquer.

Arrivé dans les premiers sur le terrain, je profite que les organisateurs ne sont pas encore prêts pour aller jeter un oeil sur la zone artificielle (cf schéma). Je ne suis pas encore bien décidé sur la catégorie S3 ou S4.

Oula ! Le S3 m'a l'air un peu "chaud". Une grosse buse béton de bien 1M50 de diamètre avec traverses de chemin de fer pour appel et palettes pour réception de descente (2), puis virage serré à gauche sur un obstacle en longueur que l'on ne trouverait pas en AFATA en raison de l'impossibilité de pouvoir y poser un pied (au risque d'y déposer des ailettes en échange). Puis un "S" serré avec une autre buse dont il faut bien gérer la descente en raison de l'obstacle suivant qui est très proche.

Sur ces entre-faits, le parc coureur commence à se remplir. Deux autres pilotes d'anciennes sont là. L'un avec une Ossa MAR et l'autre une 349 dernier modèle (avec les gardes boue en plastique gris). On engage la conversation, je connais Pierre V. qui roule habituellement en AFATA sur un proto 4 temps Yamaha. Ils me conseillent tous deux de rouler en S3.

Bien sûr à ce moment, j'ignore que :
-1 : ils ont un niveau un bon cran au-dessus du mien
-2 : les zones dans les montagnes on été tracées probablement pour le sec alors qu'il a plu toute la nuit
-3 : elles sont très typées "modernes"
-4 : la zone que je connais et que j'espère être la plus difficile est en fait la plus facile.
-5 : il faut bien être candide pour se pointer ici avec un pneu arrière usé à 50%

Bref je "signe" en S3 pour deux tours et demi (les S3 et S4 attaquent par la zone 7 pour désengorger les zones).

A partir de là va commencer pour moi une sorte d'entraînement commando qui a peu à voir avec celui de la pratique du trial. Mais comme d'habitude, je suis content car je ne perds jamais de vue que de pouvoir faire un trial ici est un privilège.

D'ailleurs, l'interzone est très joli, même si il est boueux et difficile. Entre les zones 6 et 7, on fait même un petit tour sur les hauteurs, dans les alpages.

Au deuxième tour je cale en pleine montée : l'altitude joue des tours à la carburation du fantic (la station de base est à 1100m d'altitude). Après le 2e tour je cesse de tenter de beaux passages et prends l'option "tout à 3" afin d'arrêter de me prendre des pelles et de ne pas risquer une casse qui gênerait ma participation à la manche du trophée AFATA à Rochepaule 15 jours plus tard.

Mais même avec cet objectif revu à la baisse, ce n'est pas de tout repos, je laisse échapper des "5" car je n'arrive absolument pas à "motricer" sur les prises d'élan. Le tracé typé moderne complique les choses pour nous, car, si on met la 2 comme d'hab dans le gras, on est trop rapide dans le serré qui suit ces endroits où il faut mettre du gaz. Les modernes n'ont pas ce problème car elles ont une plage d'utilisation moteur beaucoup plus ample.

Ceci dit, les petits jeunes S3 ne sont pas à la fête non-plus. D'abord je constate que, même si les zones S3 sont tracées un peu plus dur que lorsque je courais dans la catégorie (en 1988!), les pilotes ont moins de technique, c'est flagrant. Beaucoup ne maîtrisent pas l'extension sur les marches et autre racines. Si sur le sec les nouvelles machines gomment cette lacune, en S3, sur le gras, ça leur est fatal. Malheureusement, le son de l'aluminium anodisé se fracassant sur les rochers me devient familier au cours du trial (sic!).

Après la zone 7, l'interzone passe en sous bois dans un dévers, puis on bifurque sur la gauche dans la pente. Après avoir contourné un bouquet de gamin en S4, qui attendent que leur paternel se charge de descendre leur machine, je me lance sans le savoir dans une sorte de "descente de la mort". C'est très raide et ce n'est pas évident d'empêcher la moto de s'emballer dans une descente avec un gripp aussi faible.

La trajectoire serpente légèrement. À mis parcours, ça se gâte encore, le guidon passe tout juste entre deux arbres ce qui ne laisse pas de choix de trajectoire : or il y a une racine en plein milieu, qui nous fait partir en vrac et donc lacher les freins pour rétablir l'équilibre !

C'est donc reparti pour la séquence émotion jusqu'en bas. Je n'ai
jamais bien compris comment j'avais pu passer à chaque fois sans chuter mais j'étais soulagé que ça se finisse à mon dernier passage :-))

Finalement je réussi à rallier l'arrivée, ce qui n'est déjà pas si mal. Je fais même un podium en anciennes. faut dire que nous ne sommes que 3!!!

Pierre V. fait 4 au scratch S3 ce qui, je vous l'assure, est un exploit.

Un grand merci au club AMV 74, à la municipalité de La Clusaz et à ses concitoyens sans qui cette journée n'aurait pas pu être possible.

Merci pour les encouragements des fans Fantic rencontrés à plusieurs endroits sur le parcours.

Les résultats et des photos sur : http://www.trial-club.com/la-clusaz.2566.0.html

A+ pour de nouvelles aventures
Romain Colas

Illustration et photos : Romain Colas et Arnaud Auvray