Home contact general
mentions legales
nos sponsors
Historique marque
modeles trial
modeles enduro
modeles route, trail, mopeds
annonces
boutique
documents techniques
fanticotheque
essais
nos dossiers
contacts
adhesion
vie du club et sorties
competition a l’ancienne
restaurations
galeries de photos
liens
Logo Fantic
/ Compétition à l'ancienne / AUROUX 2010

 

AUROUX (Lozère) 19 & 20-06-2010 - 2eme Enduro Retro de l'AMCA - UFOLEP

 

 

 Enduro de fadas !

 

 Daniel Théric (102) sur un rare Simonini et les deux KS du Doctor Garin et de JMO

 

Cette épreuve (c'est le mot !) restera gravée dans les mémoires, les amis ! Dans 20 piges, on se dira " Ouais, j'y étais" avec du trémolo dans la voix et certains, pas nombreux, auront le privilège de rappeler avec une certaine fierté légitime qu'ils ont terminé...

Donnat junior sur le Mik26 qui tombera en panne d'allumage assez tôt malheureusement.

 

Pour ceux qui n'y étaient pas, l'AMCA nous avait préparé un parcours magnifique, très varié, physique avec des passages très techniques, tous cela sur deux jours, c'est à dire deux tours le samedi et deux le dimanche. Le gros problème a été une météo carrément hostile comme on en trouve en Lozère. Surtout le dimanche où les survivants en avaient les dents qui tremblaient et la piquette aux doigts, à tel point qu'actionner un levier devenait une prouesse.... Et freiner, il y en avait bien besoin dans cette spéciale de folie, tracée dans une pente glissante et abrupte, avec des grands murs à franchir sans élan ! Fatal pour certains pisse-feu. Ces pisse-feu qu'il faut applaudir sans faille car ce n'était pas du tout un enduro adapté pour eux, surtout en 50cc !!

Le très efficace Philippe Cecconi (6) sur son fm280 (5eme temps scratch)

Jean-Luc Jam (4) qui termine et Fred Vidalenc sur leur 75

 

Beaucoup ont abandonné, soit pour défaillance mécanique, physique ou pour cause de morale déficient, faut dire que quand il n'y a plus de plaisir, vaut mieux s'arrêter...

Pour ma part (à ceux que ça intéresse), c'est le plus bel enduro que j'ai fait mais aussi le plus dur. De la flotte gelée en permanence agitée par des bourrasques épouvantables ! Heureusement qu'on avait ce repas au chaud le samedi soir car pour ceux qui étaient en camping, ce n'était pas du luxe.

Gégé et son 80MR6 qui se prendra une mauvaise boite puis le vilo qui fera des sienne... pas de bol

 

Pour faire bref, premier tour absolument génial, la moto qui ne démarre pas de suite au départ (je suis habitué), je rattrappe Angel qui est parti avec un segment usé. Ma moto marche extrêmement bien et je me rend compte que j'ai un très bon outil pour tout ce qui est trialisant. C'est un bonheur au pied des pentes de la spéciale (les murs sans élan), je mets la 2eme et j'ouvre, le tracteur fait son oeuvre !

Grosse affluence au paddock Fantic pour l'apéro du samedi soir

 

Le paysage est superbe quand on peut l'apercevoir sous les trombes d'eau !

Deuxième tour, ça se gate, après deux calages dont un au milieu du gros bourbier, le moteur tourne à l'envers au redémarage ! Ensuite, une prise d'air quelque part perturbe le bon fonctionnement de mon chouette moteur qui perd de sa puissance et se met à tourner comme une casserole chinoise. Je me laisse la nuit pour réfléchir si je continue le dimanche.

Jean Robert Andreani, "jusqu'au boutiste". 11eme au scrach

 

Samedi soir, beaucoup refont le plein de bonne humeur (et d'alcool...) sous les 9m de tente Fantic ! mais l'heure nous pousse à aller diner sous le chapiteau avec les copains. La soirée très sympa ne d'éternise pas, nous allons tous mettre la viande dans le torchon avec une certaine joie !

Dans la nuit, le vent redouble, la température baisse, la pluie cingle entremélée de grêle par moment. Des tentes s'envolent dont la nôtre qui finira ecrasée par celle de Jean Rob. Bref, j'ai du dormir deux heures. L'équipe de La Rochelle (Franck et consorts) n'ont pas dormi de la nuit dans leurs igloo secoués.

"c'est pas du Fantic mais c'est fantastique" la 100 Zounzoun usine Replica de JM Donnat

 

A l'aube, un bruit de voiture me réveille, c'est Garin qui se pointe avec une pêche d'enfer, prêt à en découdre, c'est un grand fada, c'est sûr. Je suis crevé et ma moto marche mal, je prend la décision de ne pas repartir.

Mais plein d'autres pilotes Fantic reprenne le guidon comme Hervé Rolland, Pilou qui s'arrêtera un tour plus loin, Philippe Cecconi, Jean Robert ou Olivier Jean (la star du trial) qui n'avait pourtant pas du tout l'engin pour cette course (fm360) et qui cassera l'allumage à la spéciale au dernier tour, frustrant !!!

Je suis admiratif du courage de ces personnes, chapeau !!!

Dimanche soir, au lit de bonne heure après 6 heures de route. Je me refait un tour en rêve.

Lundi, des courbatures partout mais ma tête est encore en Lozère...

Enorme merci aux organisateurs pour cette enduro hors norme, pour leur efficacité totale.

Chris

 

Notre JMO en spéciale (piqué sur le GV)

 

La parole à JR Andréani

Depuis le temps que l'on me rebat les oreilles avec la fiabilité du 125 FANTIC.

Et bien, pour clouer le bec aux jaloux, le BRISSONI a fait en l'espace de 8 jours : 150 kms d'enduro en Trophée de France ancienne à EPERNAY et 240 kms à Auroux, avec juste un changement de filtre, de pointeau et de pneu arrière. Point barre !

390 kms d'enduro en 8 jours, dans des conditions très boueuses à EPERNAY et alors, très très hivernale à AUROUX, pour un mois de juin.

Angel avec 2 raies sur le côté (piqué sur le GV)

 

Au global, 12 ème scratch et 1er 125 C3 à EPERNAY ; 11ème scratch et 1er 125 C3 à AUROUX.

Le Fantic c'est de la bonne bécane ; il faut juste l'entretenir et se cracher dans les pognes pour le faire avancer.

En ce qui concerne le classement à AUROUX, j'ai été bien aidé par l'absence de mes collègues et concurrents habituels, Patrice AMOURICQ et André-Luc HODEE, également sur BRISSONI.

Théric & Garin au coude à coude. Seul Daniel ose boire non casqué (piqué sur le GV)

Quant à Jean-Damien PETIT, il a eu des soucis de carburation qui a transformé son 1er tour en long chemin de croix avant de le conduire à l'abandon par dégoût.

Il est à noter que les 2 premiers de la catégorie 125 C3 à AUROUX sont des FANTIC BRISSONI.

Bref, que dire de plus sinon que le temps était minable (pluie, vent et froid tout le WE), mais que ceux qui ont terminé les 2 jours pourront dire : j'y étais ! (comme certains ont fait la GLC en son temps, mais sans comparaison bien sur).

Pilou, Angel et Chris sur la ligne de départ (derrière, 204 = Laurent Montibert)

 

L'organisation est au top comme l'année dernière, avec un super parcours étudié pour les anciennes, bien fléché et bien préparé et surtout des gens accueillants et souriants malgré la météo peu amène. Un grand merci à tous les bénévoles et à ceux qui ont permis à cette course d'exister en permettant le passage des motos sur leurs terres.

Le samedi soir, super apéro au club FANTIC, avec toutes sortes d'alcool plus ou moins autorisés et d'amuses gueules (les anchois d'ANGEL et le foie gras de JPLL !)

Superbe ambiance avec les potes du club FANTIC, la famille GARIN au complet, les Fantic boys du 83, les copains du old caribou racing team, les petites APRILIA, la famille ROY, les pisses-feu exotiques (HONDA CR du Cros, KRAM'IT de Roby, et autres TRESOLDI, ou ACCOSATTO).

Le WE est passé trop vite. Vivement l'année prochaine.

Cecconi à l'attaque

Et j'accrocherai mieux mon barnum ; ça évitera qu'il vienne achever celui de Chris qui avait déjà bien souffert du poids des abats d'eau qui sont tombés pendant que nous étions en train de consommer le célèbre ALIGOT-SAUCISSES.

Désolé Chris mais content d'avoir fait ta connaissance.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

JR ANDREANI

 

Gérard Delon (Ph. B.B.)

 

Le mot du trialiste sur une cross.... Olivier Jean

Après Brioude 2006 cela faisait 4 ans que j'avais pas ressortit mon FM360 .C'était pas la course idéale pour ma boite à 1ère  longue et mon moteur on/off mais je me suis bien amusé .J'ai retrouvé l'ambiance des courses des années 80 ou la difficulté était aussi dans la liaison .Pas mal de problèmes mécaniques pour moi , j'ai commencé par changer mes gicleurs dans les bois pour repasser en 32.5 et 200 sur le mikuni les 35 et 210 réglés à Paris étaient inadaptés, la moto ne marchait pas du tout .J'ai donc laissé filer Jean Damien et Jean Robert pour les retrouver à la fin du 1 tour au CH1, pas du genre à pointer en retard les lascars (moi non plus ). Début du 2 tour je perd une plaque latérale (re-fabrication pas solide) puis je crame une bougie dans la grande descente, après je perd la deuxième plaque latérale, décidément je vais finir en slip ..bon pas de problème de temps malgré une moto très dur à conduire dans ces conditions tout à l'embrayage aucune souplesse mais putain qui à la pèche en haut ce 360 ., je finis bien le tour 2 et mets ma moto au parc .Repas sympa sous le chapiteau, gros dodo au gite et c'est repartit le lendemain.

 

Le p'tit gars qui n'en veut (Ph. B.B.)

 

J'avais une patate d'enfer, j'ai bien roulé jusqu'à la fin du 1 tour où j'ai perdu le silencieux arrière (toujours re-fabrication pas costaud, la patte c'est cisaillée). Je me suis bien éclaté avec Jean Robert à la fin de ce tour, on roulait pas mal..Je retrouve le silencieux et fini sans trop mettre de gaz - en 81 j'avais fait les 12 heures de Sens avec cette moto et sans le silencieux tu casses le moteur si tu mets la poignée dans le coin .Bon, 25 minutes d'avance malgré les problèmes, je suis encore bon pour l'enduro extrême. Début du 2 tour, jean Robert me prévient qu'il va rouler cool vu l'avance que l'on avait au 1 tour .Je parts et je fais 2 km et de nouveau des problème d'allumage. Je change une bougie, ça repart tant bien que mal , je me traine jusqu'à la spéciale, le moteur n'allume presque plus .Je vérifie ce que je peux, rechange une bougie et la mort dans l'âme je rentre pas la route avec une moto qui pétarade grave, impossible de faire la spéciale avec le peu de jus que donnait l'allumage . Après nettoyage et contrôle chez moi c'est la bobine HT ( j'avais celle d'origine ronde en alu) qui est fissurée au niveau du départ du fil de bougie ..

Pilou (Ph. B.B.)

 

Donc abandon pas cool... j'aime pas abandonner c'est la première fois que je ne finis pas une course surtout si près de la fin  , mais bon quand même un super souvenir .

Merci à ceux qui m'ont aidé à réparer les divers trucs qui tombaient en ruine sur mon engin ; la prochaine fois je vais essayer au moins de mettre une boite enduro car pour un trialiste, en 1ere tout le temps à fond à l'embrayage  dans les montées, c'est contre ma nature !

Bon chapeau à mon pote François Hausser, c'était son premier enduro, il a fini, plus de 5 heures pour faire les deux tours le deuxième jour, j'ai cru qu'il s'était noyé au fond des bois avec sa Ossa 250 Super Pionner mais non, il a fini par arriver .donc respect .

Je cherche donc des plaques latérales ( pas celles de BMZ ) et une boite enduro...

Salut à tous et à Brioude

Olivier JEAN

 

Phil et sa place de 1er 125 C1 (et 3eme C1) chèrement gagnée ! (Ph. B.B.)

 

La version de Gégé

Arrivée vendredi soir avec la bande des sudistes: pilou,hervé,bruno,fred,max et pierre ; ça caille et il pleut ; ça commence fort. Le samedi matin apres le petit dej nous allons reconnaitre la spéciale toujours sous cette satanée pluie. Ca va pas etre facile car elle est tres pentue et deja bien humide; et que dire de ces montées!!! je me fais du soucis pour la suite. nous repartons vers le parc courreur trempé, afin de passer les verifs ; celles ci se passent sans encombre et nous attendons sagement notre heure de départ qui pour moi sera 13h02.

Philippe Cecconi (Ph Kinou)

 

Ca y est je parts avec BORSOTTO sur son ANCILLOTTI et DELIVERT sur CARDEL. Le ton est donné et je file tant bien que mal le train a françois BORSOTTO, qui roule propre et vite ; déja je manque de m'en mettre une bonne quand l'arriere décroche sur une plaque de bitume boueuse ; la vache, je suis passé près! Je reprend un peu de concentration et ça roule. Les premieres montées arrivent et put..n que ça glisse, le 80 me tire jusqu'en haut dans un hurlement mais ça monte, et nous arrivons dans le bois où se trouve une immense ornniere bien pourri; pas de trace ou tres peu car nous sommes dans les premiers ayant doublé les 50 et 75 partis avant nous. La moto s'enfonce grave et j'essaye de garder le cap; une racine en décide autrement et me voila coincé, je tire ,je pousse rien ne bouge ,je decide alors de tirer la moto sur le coté pour retrouver du dur ; je repart et augmente la cadence pour suivre françois.

JL Jam, une sacrée perf puisqu'il termine sur son 75RS (Ph Kinou)

 

La spéciale arrive: top chrono, putain ça glisse grave et ces putains de montées ! Je me loupe deux ou trois fois et dois finir une grimpette a la poussette. j'ai l'impression d'etre sur de la glace, même en cherchant dans l'herbe ca glisse aussi. Pas de gamelle mais des calages et des glisses incontrolées me font prendre un max de pion. Fin de la spéciale; ouf! Le temps de souffler et je reparts. Re bourre a la sortie de la spéciale dans la grimpette ou un gros tube noir et à fleur du sol (une passerelle sera mise apres) je tire la moto avec l'aide d'un jeune . putain quelle journée! et je repart le couteau entre les dents, mais toutes ces chutes commencent à me fatiguer.

Hervé Rolland (à gauche) (12eme) et JR Andréani (11eme). Un grand bravo. (Ph. B.B.)

 

 Dans une montée vicieuse je perd l'avant sur une racine et tombe a l'envers sur le coté droit, la téte en bas et la jambe coincée sous la moto. La main droite ecrasée entre le guidon (tordu) et un rocher (pas tordu).Heureusement que françois BORSOTTO etait là à ce moment là et me releve la moto sans quoi j'y serais encore.( merci François)

Ca va ! je repart avec une main de gorille et j'ai du mal a tenir le guidon , mais je serre les dent et continu.

La fameuse descente dans le sous bois est difficile dans ces conditions mais ca passe. Pilou me rejoinds alors et nous passons le gué ensemble.

Et pour finir ,il doit me rester 10 kilometres pour finir mon tour, le moteur se met a faire de drôles de bruits; j'ai l'impression que ça claque et que ça frotte là-dedans. J'arrive au ralenti dans le parc et fini, j'arrete; le bruit est trop important( apres démontage je constate que de l'eau boueuse se trouve dans le moteur????? bilan: bielle ,piston et roulements de vilo).

Philppe Garin (Ph. Kinou)

 

Un bel enduro pas facile ou il fallait une bonne condition physique(que je n'ai pas et j'aime pas la boue) un tracé vraiment ENDURO et une bonne organisation.

Bravo aux 42 qui ont fini (surtout les PF)

Bravo aux FANTIC qui ont fini

Rendez vous à BRIOUDE

Gérard Delon

 

PILOU, tout seul dans le marasme

SUPERBE ENDURO .........

Déçu de n'avoir pas pu rouler avec notre PREZ !

Déçu de n'avoir pas pu rouler avec notre coach !

 Bref 3 tours à rouler seul, ( le mec aime bien la compagnie),  j'ai apprécié le paysage,  magique comme  l'année dernière.

Le temps a changé la donne ! il parait que dans enduro il y a eau et dur, je confirme.

La moto a été parfaite '(merci Gégé).

J'ai jardiné en SP 3 ! Résultat, moral en berne, les potes devaient stopper au 3e tour.

Moi j ai stoppé, eux non !!!!!!!!!!!!!!!!!

Après ma 2e expérience boueuse ( j aime pas la boue ) je suis heureux !!!!!!!!!!!!!!!

Pilou

 

Le Parc, vue sur les C1

 

Départ des C2

 

Le KS à toc dans la montée

 

Jean-Luc Jam cravache le 75 Mik26

 

Délicieusement propre au départ....

 

Jean-Rob, la poignée est soudée !

 

Le président du club qui se régale dans ce 1er tour

 

Très beau parc mais bien peu de motos passeront la ligne d'arrivée... (Ph. M.M.)

 

Jean-Luc sur le 75cc RS (Ph. M.M.)

 

Philippe Chabert sur 125 1979 (Ph. M.M.)

 

Pilou, pas à l'aise dans le gras ! (Ph. M.M.)

 

Jean-Marc Oziol sur son KS (Ph. M.M.)

 

Damien Petit  (Ph. M.M.)

 

Hervé Roland (Ph. M.M.)

 

Olivier JEAN (Ph. M.M.)

 

JP Spampinato (Ph. M.M.)

 

Philippe Cecconi (Ph. M.M.)

 

P. Garin (Ph. M.M.)

 

JR Andreani - Brissoni Replica 81 (Ph. M.M.)

 

Le président de la Squadra Fantic sur sa 125 RC 78 (Ph. M.M.)

 

Antoine Ginesty en C2 (Ph. M.M.)

 

Merci à Maryse Molines pour les chouettes photos.