Home contact general
mentions legales
nos sponsors
Historique marque
modeles trial
modeles enduro
modeles route, trail, mopeds
annonces
boutique
documents techniques
fanticotheque
essais
nos dossiers
contacts
adhesion
vie du club et sorties
competition a l’ancienne
restaurations
galeries de photos
liens
Logo Fantic
/ Compétition à l'ancienne / Goméné + Felletin

 

Enduro de Goméné - Enduro de Felletin

 

 

 

photo sylvain

Par Angel, boss de la Squadra Fantic

Goméné :  quel gâchis !                               

 

La 3ème épreuve du championnat de France d'enduro à l'ancienne avait pour cadre la Bretagne. L'enduro de Goméné, réputé difficile, accueillait en marge de sa course de ligue, notre épreuve. Je dis « en marge » car l'organisation avait eu la très bonne idée de programmer la course le samedi ; cette initiative avait de nombreux avantages : le terrain restait propre au fil des tours, les moins rapides ne se faisaient pas rattraper et "virilement "dépasser par les avions en moderne, le parc fermé était cohérent. bref tout ce qu'on recherche sur les courses 100 % anciennes dans l'esprit des épreuves UFOLEP (Mende historique, Auroux et Chatelus pour 2011) et des Brioude revival. C'est peut être une solution pour le championnat qui ne peut exister que coupler à une épreuve de ligue ou à un family. Malgré tout, cela a des inconvénients pour le club : présence plus importante des bénévoles pour 2 jours, autorisation de passage sur 2 jours.

Pour les compétiteurs, pour être sur place le samedi, il faut parfois se libérer le vendredi et tout le monde n'a pas de RTT. 140 pilotes étaient inscrits, ce qui est une réussite pour le club. Pour la première fois, toutes les catégories (sauf les trails) étaient bien fournies ce qui promettait de belles joutes pour les résultats et légitimait les parents pauvres jusqu'à présent C0 ( pré 73) C1 ( pré 76) et PF (jusqu'à 80 cc). Il reste juste la question de la catégorie C5 (4 T) puisqu'on retrouvait Fred Marquet (Honda motosport) et Laurent NOIRET (BMW) en C0, Patrick GEORGET en C2 sur son IMF et Philippe BLANCTAILLEUR en C3 sur sa BMW.

Le GEM Club avait concocté un parcours de 2 boucles à faire 2 fois, annoncé pour 60 km donc 120 au total (apparemment il faisait un peu plus). La spéciale à faire 3 fois était particulièrement longue: 6 km ! Elle était très variée alternant des parties de prairie et de sous bois. Elle comportait 2 descentes (et donc 2 montées) difficiles et dangereuses qui n'avaient pas leur place dans un test chrono d'anciennes.

Malheureusement la pluie s'est invitée au moment du départ que le club avait organisé au centre du village avec un podium et un groupe musical de bignou. Le public présent a pu apprécier l'évolution des machines, car on partait par catégorie ce qui est toujours sympa. De suite les concurrents comprirent que cela ne serait pas qu'une partie de plaisir, le parcours tout en sous bois vallonné était très glissant et ne permettait que l'usage de la première, deuxième, voire la troisième vitesse. Rapidement les motos les moins bien préparées s'immobilisèrent au bord des chemins, puis se fut les descentes dangereuses ou les montées impossibles (en tous cas pour les PF) qui eurent raison des pilotes malgré la présence de bénévoles pour hisser les motos. Au premier CH qui était sur le site départ/ arrivée, idéalement placé pour ceux qui n'ont pas une structure « de course », on comprit que les temps étaient serrés. Beaucoup jetèrent l'éponge dans le premier tour ou à la fin de celui-ci, soit heureux d'avoir déjà fait un tour sur ce difficile parcours, soit dégouté d'avoir ruiné leur moto ou leur physique.

Le second tour finit d'éclaircir les rangs des plus courageux. Pénalités horaires, baisse de moral et plus souvent plus de force, furent le lot de la majorité. « Les bons », une vingtaine seulement à l'arrivée, étaient étrangement partagés entre la joie de l'avoir fait (et finie) et la lassitude physique, la déception de voir l'essentiel du plateau sur le flanc. Fred Cossard : « moi, je suis un peu un sanglier, j'aime bien quand c'est dur, mais depuis que je roule en ancienne c'est la première fois que c'est aussi dur ! » Christian LAGARRIGUE : « s'il faut faire un tour de plus, pour moi ce n'est pas un souci, mais ça rime à quoi une vingtaine de pilotes à l'arrivée ? Si ça continue comme çà on va dégouter ceux qui viennent juste pour rouler sur une moto qui a occupé tout leur weekend pour la restaurer, et on va faire un championnat à 20 gugus ».

Chez« Les touristes, les collectionneurs, les moins bons » ont retrouvé aussi toutes les nuances des émotions. Philippe BLANCTAILLEUR était ravi, il avait pris l'option avec son ami Lolo Noiret de faire un seul tour mais ensemble, façon motard de la gendarmerie qui vont toujours par deux, sur leur « monstrueuse » BMW. A deux, ils avaient passé toutes les difficultés dans la bonne humeur (oubliant en peu vite « la peur » qu'ils avaient eue dans certaines descentes avec 140 kg entre les jambes).

D'autres étaient tristes devant l'état de leurs motos. Il y avait des déçus du peu de souplesse dont avait fait preuve l'organisateur quand la météo avait rendu cette course dure, trop dure. Nombreux sont ceux qui auraient aimé voir des temps B ou C appliqués, comme à l'époque lorsque la météo n'était pas une amie. Encore plus nombreux sont ceux qui auraient réclamé de pouvoir couper les descentes dangereuses et les montées impossibles sans les bénévoles au deuxième tour.

Le repas d'après course, toujours un grand moment de convivialité est un bon baromètre d'une épreuve. Après la course de Goméné, ils étaient peu nombreux à franchement sourire et encore moins nombreux à vouloir rester boire un verre après .. Quelques fois on ne voudrait pas se séparer et parfois il nous tarde de rentrer. J'ai titré « Quel gâchis ! », comment le GEM CLUB a-t-il pu obtenir un aussi mauvais résultat après tant de travail, de bonnes idées et avec un aussi beau terrain de jeu ? La pluie n'est pas la seule responsable, même sec le parcours était trop difficile et les temps trop serrés. On s'est senti « cocu » d'avoir fait confiance à mes amis Richard OPALINSKI (délégué FFM qui a ouvert le championnat aux catégories C0 (pré 73) et trails) et Thierry HONNART (maître connaisseur des compétitions à l'anciennes et des capacités des participants). Mais eux aussi doivent se sentir sûrement blousés » d'avoir cru que le club de Goméné pouvait se passer de leurs conseils.

Comme JR ANDREANI, terrassé par la boue bretonne, qui dit : « la région est trop belle, il faut y revenir et aider le club pour que ce soit une fête jusqu'au bout>>, je reviendrai. Je ne veux pas croire que le club se satisfasse de n'avoir que 15% de pilotes à l'arrivée. La prochaine fois ce sera une réussite,je veux le croire.

Angel

 

 

Enduro de Felletin

Les aventures de Léopold, jeune poireau.

Par son père Philippe Blanc-Tailleur

 Il faut que je vous raconte le premier enduro du fiston mais surtout la première heure de course qui fut épique !!!
Partis sous la pluie battante samedi de Toulouse, et après le choc de Goméné, je ne dérogeais pas à ma religion:  on ne flippe pas pour .....l'état du ciel, on est confiant !!!!

Samedi ambiance Family, beaucoup de monde, tant de modernes, quelques potes un peu perdus, la phase inscription interminable, le contrôle technique pénible....ça vaut pas la Lozère....

Le soir on fait connaissance avec des Charentais qui écument les enduros depuis 30 ans, Luc et sa femme Hélène qui approchant la cinquantaine s'est mise à la moto il y a cinq ans .......une perle !!!!

Une fois encore j'ai lu le règlement trop vite on y parle de boucle de 40 km mais en fait le tour fait 2 boucles de 40 et on s'est inscrit pour 2 tours ; cela fera 160 km au lieu des 80 que j'avais imaginé !!!!

Bon, on relativise, si c'est trop dur on s'arrêtera et basta.....on va poser tout notre bazar d'assistance et nous voilà au parc à 10h 15, départ à 10h32 le temps est magnifique......Léopold, ému, prend le premier carton de pointage de sa carrière, je lui ai confectionné une pochette derrière la plaque phare....

Nous allons retrouvé nos trottinettes, le 50 Fantic équipé 80 trial et ma Geisha XR 125 WKR (Witt Kostym réplica), on peu pas dire qu'on abuse de chevaux !!!!

Je préviens les suivants pour qu'ils nous doublent cool, les gars sont franchement détendus et sympa ; une ambiance excellente...

Nous voilà devant l'horloge, kicks dépliés 56-57-58-59.....10h 32 nos deux bestioles vrombissent de concert, nos éclairages sont contrôlés tout marche....c'est parti.....nous sortons de Felletin...Léopold suit mes consignes et roule tranquille devant moi, puis voilà une banderole, un grand talus, une ligne de chemin de fer désaffectée....nous y sommes.....

Le ballast est déjà ondulé et je remarque que la sacro sainte béquille centrale du Fantic bat la mesure...oh la vache, je rattrape le minot, l'arrête ....l'élastique a disparu ???? mais j'avais tout prévu en surface de la boite a outil, l'élastique de rechange avec son anneau spécial:  allez en 2 minutes c'est réparé.

" Pars devant, je te rattrape...."

Le Fantic s'éloigne, Brrrra Brrrra Brrra....putain la WKR ne veut pas partir, j'insiste et après 2 ou 3 mn, enfin ça cause , je saute sur l'embrayage et Zouuuu à la poursuite du gamin.....

Je n'ai pratiquement pas roulé avec la XR et je découvre une petite machine impeccable , très saine et acceptant d'être malmenée, une vraie geisha , je prends de la vitesse, j'hesite pour un embranchement curieusement fléché (flèches croisées pour sens interdit) et me lance dans une longue descente étroite, je n'ai vraiment pas le sentiment de conduire un trail, le moteur est mou d'accord mais avec les suspensions 6 days on peut vraiment attaquer,  l'Elsinore n'est pas loin !!!!

Ouais, mais c'est pas le moment de philosopher ....car pas de Fantic, alors je commence a gamberger...et si il était allé tout droit en haut.....oh la vache.....quelle connerie???? bon allez gaz encore 2 km pour en avoir le coeur net, alors je joue à l'Inter qui joue la course sur la liaison, a fond sur la fin de la descente, voilà une route .... un village....une grosse intersection........

Aie Aie Aie je suis mal.... j'ai perdu le poussin !!!!  Alors la thèse du tout droit là haut se confirme, par acquis de conscience j'arrête le gars qui arrive lui explique la situation....."je m'arrête ici, si par hasard tu le voyais devant....tu le préviens....et j'attends ....une vague de 3, une autre vague, une autre......

De temps en temps j'en questionne un; " t'as pas vu mon môme en fantic ?????"  ben....NON !!!

Un quart d'heure passe interminable, je flippe, je me dis que je devrais arrêter mon boycott à la con pour les portables, et puis que si je me lance toujours dans des trucs compliqués que je n'ai qu'à les assumer sans broncher, qu'il y a plus dramatique, et que si l'Enduro s'arrête là c'est pas un drame........

D'un seul coup !!!!! LEOPOLD !!!!! Le gamin arrive côté village " Hé papa qu'est ce tu fous !!!! va vite faire la spéciale, je t'attends à la sortie !!!!"

Putain j'y crois pas, il était devant !!!! j'embraye, lui il passe par l'autre côté du village, un km de chemins à peine et voila la SP1 splendide, je me régale, sans faute et sans excès et le drôle m'attend en sortie......

On repart , je suis fou de joie, je ne le quitterai plus d'une semelle, il conduit toujours prudemment sur la route, puis les chemins reprennent...... et là,  je comprends mieux.......

Il est tellement motivé qu'il mène son Fantic comme un diable, pas comme un dingue mais il y a très peu de différence entre nous..... alors là je reconnais que j'ai une petite poussée de fierté de voir mon micro Peterhansel dans ses oeuvres, il enroule ça va tout seul.....

Nous arrivons sur un plateau et là une belle piste sinueuse, herbeuse, on enchaine les courbes et là....un pavé caché dans l'herbe et la roue arrière du Fantic monte à 50 cm du sol en travers.....
Léopold trop assis rattrape néanmoins, bon......il faut le calmer.....il reste bien 150 km à parcourir !!!!

Alors je le dépasse et lui demande de me suivre à un rythme plus tranquille.....

Heureusement les temps sont très larges, une demi heure d'avance pour les meilleurs, nous arrivons 3 mn avant notre horaire....la vache ...on a pointé à  0 !!!!!

La suite de la course sera impeccable compte tenu de nos faibles puissances et des très grandes parties roulantes nous nous faisons peu rattraper une dizaine de motos environ, La SP2 sera celle de la malchance aux 2 tours avec calage et difficultés de redémarrage  (kick très haut et moto engorgée...) j'aide le loupiot à repartir.....mais je vois que pour quelqu'un qui n'a aucune expérience de cross ou de spéciale le rythme est très correct !!!

Nous voilà a l'arrivée, Léopold a adoré l'Enduro, c'est vrai que cela n'a rien a voir avec la ballade...

Après le symbiose Bretonne et Teutone avec le HULK à Goméné, j'ai vécu des moments divins à Felletin et j'avais envie de vous les faire partager !!!!

Amitiés à tous


Phil