Home contact general
mentions legales
nos sponsors
Historique marque
modeles trial
modeles enduro
modeles route, trail, mopeds
annonces
boutique
documents techniques
fanticotheque
essais
nos dossiers
contacts
adhesion
vie du club et sorties
competition a l’ancienne
restaurations
galeries de photos
liens
Logo Fantic
/ Compétition à l'ancienne / Chatelus 2011

 

Chatelus le Marcheix (Creuse) - Enduro Ufolep -  30 ans du 125RC Brissoni Replica

- 17/18 septembre 2011

 

 

 Et si c'était ça le bonheur ?

 

Par Chris, Angel, Léopold, Hervé(s)

 

On va essayer de limiter les superlatifs mais ce sera très dur pour qualifier cet enduro creusois qui, selon une majorité de pilotes présents, serait le plus bel enduro de l'année. Même la météo y a mis du sien contrecarrant les prévisions, c'est dire.

On se rappellera du chouette barbecue sur le lac et on serait bien resté là une centaine d'années s'il n'y avait pas le boulot du samedi après midi, je veux dire monter les stands, visiter les spéciales, faire les contrôles tout en accueillant les copains. Voilà Fabrice Fèvre qui a dû louer un fourgon pour descendre son Brisso et son Caballero 2009. Il ne courait pas mais est juste descendu pour participer à la fête. Idem pour Hervé Descoubes, descendu de Lorraine, non pas avec ses sabots mais avec son beau père et son Brisso. Avec femme et enfants, Cyrille Zajac a tenu aussi à mettre son Brisso sous le barnum du club. Le pauvre JM Donnat qui bossait ce week-end n'a pus résister à l'envie de passer nous faire un coucou. On a pensé à lui le dimanche. J'imagine que tout ce petit monde a été ravi de nous suivre tout au long de ce week-end.

André-Luc qui fait vroum vroum avec la bouche, les autres sont consternés, seul Jean-Marc ne peut retenir un fou rire...

 

Mais les coureurs arrivent aussi, Fred Daux, Eric Henry, Didier Paysant qui a fait l'effort de venir avec son difficile Brisso à boite cross. Tout comme Alain Goulu, venu en Brisso pour l'occas. Les fidèles, Andreani, Guyonnaud, Sanchez, Hodee, Garin(s), Spampinato. Et puis, on a vu arrivé un 50 Cabal avec un moteur trial chevauché (on dit chevauché pour le Caballero) par un d'jeuns tout rigolard dessus, c'est Léopold, fiston du célèbre Philippe Blanc-Tailleur, on aura l'occasion d'en reparler plus bas...

Pour finir les présentations, un très joli Brissoni Replica, ex-Garin, dans les mains de Laurent la volaille, plutôt très heureux de la chose. Hervé Rodes, quant à lui, représentait le fm280 à lui tout seul.

Tout serait parfait mais l'absence des PACA gâche un peu. Leurs tongs et shorts à fleurs nous manquent. Tant pis pour eux, ils ratent l'évènement de l'année.

Barbecue samedi midi : un moment convivial très apprécié.

 

Allez, il est temps de passer au sérieux : oui bien sûr, l'apéro, bande de soiffards mais aussi la photo de famille et l'élection de Miss Brissoni qui fête ses 30 ans. En plein coeur du village, ça ne manque pas d'attirer la presse, ah! ces paparazzi !

L'ex-Garin emporte la coupe de quelques voix. On avait prévue les 30 ans du 80cc en parallèle et c'est donc Hervé Rodes qui l'obtient vu que le bougre était seul possesseur, pas cool mais c'est le jeu.

Photo de la miss élue (la moto, pas le bougre !)

 

Passons au repas du samedi soir, un moment bien aléatoire selon les courses. Avouons de suite qu'on a ici dépasser les bornes et de loin ! Bien mieux que dans pas mal de restau et pour un prix mini mini. C'est bien simple le cuisto doit être fou, deux jours de prépa, tout à la main... qualité limousine, j'espère qu'il a reçu la coupe du mérite !

La nuit, l'eau est tombée comme limousine qui pisse, quasiment sans interruption, je n'ai pas bien dormi dans mon fourgon. Petit matin, brumes, nuages de traîne et... soleil ! yes !

Un pourcentage de Fantic inhabituel dans un parc fermé.

 

Ensuite ce sera 150 bornes répartis sur 3 tours et 3 spéciales. Un tracé de folie, essentiellement du single joueur et du chemin défoncé. Rien de super technique mais de l'éprouvant physiquement. Si, un passage merdique dans le tour 2 mais deux gentils marshals vous hissaient en haut en cas de merdasse lamentable. Je vous le dit, pas moyen de critiquer.

Les morveux d'abord. Youngracer et Léopold BT nous ouvrent la piste

 

Pour parler plus perso, notre équipe Chris-Angel-Oldracer. J'avais décidé de rouler en équipe quitte à y aller cool pour ne pas perdre notre Angel, Phil adhéra. Arrivé au CH1, le temps est visiblement plutôt serré, quelques minutes d'avance. Un truc qui ne plait pas au Phil qui décida donc de tourner un peu plus la poignée de son KS et de semer ses présidents. Moins égoïste, je calais mon rythme sur celui du flying kiné (Angel). Surprise, les temps impartis sont devenus bien plus larges et on a pu se poser 20 à 30 mn avant les pointages. Du coup on a pu rouler ensemble à nouveau et c'est vraiment sympa. Tour 2, un coup de fatigue, un petit arbre traverse la route et vient taper mon guidon... je me sors du single et pars débroussailler la pente sur ma droite ! Pas de bobo mais la moto est coincée. Un de mes bodyguards arrive, c'est Jean-Rob Andréani qui n'hésite pas à sauver son prez en même temps qu'un autre concurrent en XT (!). Au prix de gros efforts qui me bouffent l'energie, la moto est remontée, merci mes anges. Puis Angel s'arrête et me redémarre ma RC car je suis vidé et la moto pleine d'essence. Je finis le tour cool en attendant que l'energie revienne. Tour 3, l'organisation avait prévue du plus "tranquille". Impec ! la pèche est revenue, je me régale de nouveau au milieu de ces paysages sublimement sauvages.

 

A.L. Hodée, Alain Goulu, JR Andréani qui semble se dégonfler au départ...

 

Côté spéciales, la 2 est en fait la 1 prise à l'envers, c'est du très beau tracé. Glissant mais pas boueux, beaucoup de pelles à cause de palettes mal négociées. Sous-bois, prairie en pente, buttes, fossés, etc... Franchement, c'est superbe. un paradis d'enduriste. Dans les chemins, on observe beaucoup de gens du crû qui nous font signe, nous montrent le chemin à prendre d'une canne tremblotante ; même des chasseurs saluent notre passage (sommes nous en France ?)

P. Garin, Chris prêt à kicker, Angel qui regarde si ses pieds touchent parterre..

 

Voilà, dernier CH, c'est avec un très grand sourire qu'on remet les motos au parc. Incroyable, Angel n'a eu qu'un petit problème de durite d'essence, on en revient pas! Le KS d'Oldracer a marché encore une fois comme un avion. Son fiston a fait une figure en spéciale et a niqué son Gb arrière puis une crevaison avant l'arrêtera. Le jeune Léopold a roulé sans s'arrêter, du début à la fin sur le même rythme et toujours avec un beau sourire. Il mérite vraiment sa coupe.

Un duo de présidents qui s'amuse.

 

Remise des prix, le Maire de Chatelus qui nous remercie "pour avoir dégager des chemins qui ont tendance à se refermer inexorablement" Comme quoi il reste des maires sensés !

Sur le podium, j'aimerais y voir tous les organisateurs, les sieurs Flamby, Patisson, Linard et consorts + tous les gars du MC Bourganeuf qui ont réussis le plus bel enduro de l'année, sans oublier le cuisto ! Pardon si j'en oublie. Je remercie aussi beaucoup les gens du club Fantic qui se sont démenés pour venir fêter ça.

Pour une première édition, c'est une sacrée perf.

 

Le RC-KS du doc qui respire toujours aussi bien.

 

Angel :"le bonheur est dans le pré limoussin"

 

Notre bon "prez" vous a dit l'essentiel de ce pur week end de bonheur. J'avais rarement ressenti autant d'envie de la part d'organisateurs, l'envie de nous faire connaitre, partager leur fantastique terrain de jeux. C'est un peu ce que je retiens de ce week end : bonheur, générosité, partage. Comme beaucoup, je dirais : parcours au top, spéciales géniales (super le coup d'en faire une dans un sens puis dans l'autre !). J'adore les courses en equipe mais comme mon partenaire habituel (Pilou) s'était "degonflé" (comme la majorité des sudistes ) j'ai été "accepté" dans la "squadra FANTIC one". Je vous passe les quolibets de mes partenaires (il faudra penser a prendre une corde pour tirer Angel ...) et vous pouvez regarder les classements ce ne fut pas moi le "boulet" et je rappelerai à mon cher Prez de faire attention car il n'y a pas de coupe a gagner pour celui qui se met le plus au tas et pour enfoncer un peu plus mes "amis", il circule sur le net une video de "la cotasse" seule difficulté du parcours. Bon d'accord j'ai poussé mais j'ai pas calé moi !

Plus serieusemet, cela m'a fait très plaisir de voir de nouvelles têtes, des membres que l'on ne voit pas d'habitude et ceux qui étaient venus juste pour l'expo, le partage encore.

J'espère que cela leur a donné l'envie de mettre des N° sur leurs plaques jaunes la prochaine fois, ils seront les bienvenus!

A JP, on en a pas parlé mais j'ai senti sa présence .....   

Angel

 

Léopold Blanc-Tailleur

Tout d'abord j'aimerais remercier tout le team fantic.   J'aimerais aussi dire que l'équipe Fantic a vraiment une classe monstre, les photos le montrent d'ailleurs très bien ! Elle a aussi un super esprit, pendant la course j'avais souvent droit a des petits signes d'encouragements de la parts de gars sur des belles motos rouges !!

Pour l'an prochain mon père m'a dit qu'il allait affuter un poil la machine....En attendant je souhaite une bonne continuation à tous et je vous dis a bientot !!

Léopold

 

Hervé Descoubes

J'ai passé avec vous tous un moment inoubliable... Je n'avais jamais vu autant de Fantic's, c'était énorme!!! J'ai fait la connaissance de gens hyper gentils, serviables et qui ne se prennent pas la tête. Je ne regrette en rien ces 14 heures de route, j'en ai pris plein les yeux... Je me sens à nouveau un peu seul mais tellement fier de la rouler ici malgré tout...Merci encore pour votre sympathie et votre accueil.

 

Nos deux pisteurs Hervé Descoubes et Fabrice Fèvre qui ont pris bien du plaisirs à être de la fête.

 

Hervé Rodes

Il y a un an, la blessure la plus commune chez l'enduriste m'a calmé après Pont de Salars. Pendant l'hiver, Flamby est venu dîner et m'a appris qu'il vivait et roulait depuis longtemps avec le ligament croisé antérieur rompu. Je suis certes moins gaillard que notre Mr Propre du Limousin mais cette conversation m'a encouragé à remonter sur la moto en 2011. Quelques semaines plus tard, il m'avait convaincu de rouler pour cet enduro de Chatelus, arguant que nous ferions du social pour ce village qui meurt d'ennui une fois les pèlerins de St Jacques passés pendant l'été.

Alain Goulu

 

C'est ainsi que vendredi soir, nous avons tout chargé pour notre pèlerinage annuel à nous vers Sainte Pendule et Sainte Gamelle. J'ai remplacé la chaîne de la 80 Fantic par une neuve car j'avais peu confiance en l'ancienne, qui faisait davantage chaîne de cyclo que de petite moto. Mais, dans ma grande prudence, j'ai emporté l'ancienne chaîne. C'est un point important et nous y reviendrons tout à l'heure.

Jean-Rob Andréani

 

Samedi matin, départ de notre mère patrie pour Limoges. Au péage encombré de Brive, nous tombons sur un PBT et Léopold peu habitués à une telle affluence sur l'A20. Nous essayons de le suivre sur la route mais le bougre file bon train dans son fourgon, et le turbo joueur de la voiture ne nous permet pas de lui coller au train. Un bouchon dans Brive achèvera de creuser l'écart en faveur de l'homme à la grosse Bertha. A Limoges à 12 h pétantes, il se fait faim et mon manager de frère décrète la pause, irrité par ce turbo décidément récalcitrant. Nous pensons qu'il reste pas mal de chemin à faire. L'histoire nous révèlera que nous nous trompions et qu'avec un brin de patience, nous aurions pu ripailler avec la sainte bande au bord du lac de Chatelus. Le repas passé, nous filons vers Ambazac à une vitesse de nouveau normale mais la petite Fantic se dandine de façon inquiétante sur la remorque. Nouvel arrêt. La planche qui cale la fourche a disparu. L'arrêt pipi porte conseil. En bons McGyver du Quercy, une branche en forme de fourche soigneusement cassée où il faut fera l'affaire. Il ne nous reste que 20 km.

 

André Luc Hodee ou le missile breton - 4eme au scratch

 

A l'arrivée à Chatelus, tout est désert. La tente Fantic est vidée de ses occupants. Nous ne croisons que deux Paysant que je n'avais pas vus depuis leurs errements sous d'autres cieux :o/. Depuis, ils ont retrouvé la lumière. Nous apprenons que la joyeuse bande a filé en bas du village pour le barbecue. Nous y retrouvons les habitués et un Rembar très zen, comme d'habitude. Ce doit être le métier. Je n'ai jamais pu me détendre complètement avant une course. Mon frère fait connaissance avec bon nombre d'entre eux qu'il n'a jamais touchés. Imitant un Angel affamé, nous nous offrons un deuxième repas dans ce cadre très bucolique. Flamby avait raison. Chatelus, on n'y passe pas. On y vient.

 

Départ du tour 3 pour les Fanticboys

 

Après ce repas improvisé, nous remontons en haut du village pour y décharger la moto. Les frangins Termeau arrivent. Ils ont jardiné un brin entre Bessines et Chatelus. "GiPiEsse di merda !" aurait proféré Fabrizio Méoni. Tout ce beau monde décharge les motos. Je décide de revenir aux réglages de richesse ralenti du jeudi soir. Grand bien m'en prend. La moto semble parfaite. J'avise à 10 m un cadurcien juché sur sa Ducati Mostro dont je trouve le pneu avant bien mou. Il nous avoue ne jamais vérifier sa pression, et qu'il est venu comme ça de Cahors. Il doit y avoir environ 500 à 700 g dans ce pneu. GULP. Regonflage par mon frère Pascal.

Christophe Guyonnaud, très rapide même dans les chemins ;

à tel point que son réservoir est souvent trop petit hélas

 

Je remise la Fantic sous la tente avec les autres pour une expo improvisée puis je file à l'administratif et nous courons reconnaître les spéciales car le temps file vite. Nous attaquons avec la spéciale 3, dont la première montée et ce grand dévers suscitent chez moi beaucoup d'inquiétude. Les PF passeront-ils ? Connaissant Flamby, il y a pensé et il est sûr de son coup. Le reste de la spéciale me semble à la fois parfaitement faisable et tout à fait indiqué pour nos "piccoli bastardi". De l'herbe bien grasse, de belles courbes assez rapprochées et serrées, des montées raides mais courtes. Comme il l'avait dit, ce n'est pas tracé exclusivement pour les grosses gamelles. Les petites cylindrées ne seront pas handicapées. Le bosquet est truffé de virages sympa. Je suis rassuré, d'autant que Rembar est formel, ça passera à l'aise, sauf s'il pleut longtemps. Je me fie à sa grande expérience de la course.

 

Hervé Rodes et l'unique 80RC du parc.

 

La spéciale 1/2 ne nous inquiète pas particulièrement. Elle est tout aussi belle, variée et faisable pour nous. Nous revenons au village. Oldracer m'attend de pied ferme à la tente Fantic en me lançant que je l'ai déçu une fois de plus. C'est alors que notre bon préz me tend une coupe. Je pense "bon, comme je ne vais pas terminer demain, ce sera toujours ça à ramener aux enfants". Au fait, c'est quoi, cette coupe ? Il paraît qu'on a élu ma petite Fantic. Je ne sais toujours pas ce qu'elle a été élue. La moto du roi des c. ? Ils me diront bien un jour.

Eric Henry, très peu expérimenté en compétition a tout de même réussi à boucler les deux premiers tours, ce qui est déjà une bel perf. Bravo.

 

Un peu de rangement au gîte, tout de même, puis apéro improvisé à la tente Fantic, comme d'habitude, où nous attendons tranquillement l'heure du dîner en compagnie de Gasgas1962 et de son frère Caballero78, et de ont' maît' Laurent P. Ça discute Minarelli entre autres choses. La discussion se poursuivra autour du repas. Comment ne pas féliciter l'organisation du choix du traiteur ? C'était simplement parfait, et ce n'est pas Rembar qui dira le contraire. Mention spéciale à la viande de boeuf du Limousin, et au dessert digne d'un bon restaurant.

 

Jean-Pierre Spampinato

 

Toujours un peu fébrile, je parviens tout de même à m'endormir. La pluie me réveille vers 2 h du matin. Il tombe des chats et des chiens, comme on dit outre-Manche. Ça promet pour la spéciale 3. Angoisse... Réveil vers 7h30. Nous devisons tranquillement autour d'un copieux petit déjeuner puis il est temps de s'équiper. Je vais enfin savoir si cette genouillère orthopédique qui limite l'ouverture de mon genou droit me protègera en cas de chute. Je n'en saurai pas plus puisque je ne chuterai pas de la journée.

 

Le chouchou de la Squadra Fantic, Léopold Blanc Tailleur

qui boucle sa course avec le sourire et son 50cc

 

Départ de notre équipe TCR, FFF, "I piccoli bastardi" ou tout ce que vous voudrez. Les moulbifs de tronçonneuses s'ébrouent gentiment. Nous partons sur un rythme calme et Rembar nous montre tout de suite comment rouler vite et souple dans les cailloux qui pavent le premier tronçon. On est calmés. L'animal ne roule même pas au-dessus de ses pompes.

Le Doc qui assure, rien à redire.

 

En vrac : Le 1er tour n'est pas particulièrement difficile. Tout se déroule bien. Nous pointons à 10:47 comme prévu. La moto de Rembar ratatouille un peu mais retrouve ses esprits. La mienne, en revanche, s'arrête brutalement après un gros choc sur la fourche. Très vite, je réalise que ma main a quitté la poignée de gaz et tapé le coupe circuit. OK, c'est reparti. 1 km après, de petits soucis d'alimentation en essence nous arrêtent. Mes coéquipiers pensent aux reniflards du carbu bouchés. Bingo !! La clique des Fantic 125 toxiques passe. Je débouche les tuyaux et c'est reparti.

 

Spéciale 1. On nous prévient qu'il vaut mieux y aller sur des oeufs sur la palette couverte de boue. Message reçu. Nous partons le couteau entre les dents, coupons un peu sur le satané bout de bois puis c'est reparti de plus belle. Ça passe partout avec une aisance étonnante et les quelques spectateurs semblent se régaler des hurlements de nos petits moteurs. Pas de calage, pas de chute. Nous naviguons aux alentours de la 40e place au scratch. C'est un résultat qui reflète notre niveau.

 

Loic Garin crèvera de l'avant, ce qui ruinera sa course. Dommage.

 

Spéciale 2, mes collègues roulent très bien. Rembar signe un 34e temps scratch sur sa petite 75. Honorable ! Fred n'est pas loin derrière. Quant à moi, deux calages + un embrayage bien trop dur me font plonger à la 82e place de cette spéciale. Mes vieux démons me rattrapent. Si Eric Marty me voyait, il me crierait "lève la tête !!". Pas bon du tout. Peu après, nous perdons Christophe. Nous pensions qu'il roulait devant nous. En vérité, il était derrière, en panne d'essence. Un bon samaritain le dépanne mais rien n'y fait : 7 mn de pénalité. L'homme a le masque au CH. Qu'importe, nous repartons pour une boucle sans chrono mais "technique", paraît-il. Technique, elle fut !! Cailloux, racines glissantes, montées, descentes, dévers, sous-bois. Rien ne manque ! Il ne fallait rien lâcher sur les 80.

La bête refuse l'obstacle  avec obstinence laissant le toulousain dans l'embarras.

 

La fatigue apparaît et la lassitude nous gagne un moment. Coincé au fond des bois avec une vingtaine de pilotes, j'angoisse de ne pouvoir refaire le chemin inverse que nous conseille Juju. La côtasse ne sera pas pour nous. Le premier coup de cul s'était bien passé mais je redoutais celle-ci en écoutant les moteurs s'époumoner dedans. Qu'importe, il faut repartir en arrière. La petite RC me hisse jusqu'à l'échappatoire. J'attends mes collègues.

 

Pas idéale la boite cross. isn't it mister Paysant ?!!

 

Je vois passer un Flamby sénatorial, frais comme un gardon, sur le couple de la grosse Can-Am. J'aime le style de ce gaillard. Fred et bientôt Christophe me rejoignent. Miraculeusement, les crampes disparaissent. Je me sens de nouveau d'attaque. Pour autant, je ne me presse pas dans le roulant, surtout dans les ornières. J'ai encore le souvenir douloureux de celle de Pont-de-Salars 2010. Nous rejoignons le CH dans les temps. Nous prenons le temps de bien nous hydrater et nous alimenter, de graisser les chaînes. Pendant que mon frère me suggère fortement de retendre la mienne, Fred, lui, le fait et je fais l'impasse en pensant que je ferais mieux de remplacer ce satané câble Venhill qui me coince l'embrayage. Je fais l'impasse sur tout quand Christophe sonne le moment du départ pour le 3e tour. Ce dernier tour est plus roulant, pas usant. Nous avons passé avec succès le 2e. Nous nous sentons bien et rejoignons vite la dernière spéciale. Christophe prend de l'avance et passe longtemps avant nous. Mes angoisses sur la première montée sont infondées. Sur les conseils du Rembar, je mets la première et je grimpe. Je m'aperçois tout de suite qu'avec le moteur volontaire de la FM280, non seulement ça monte, mais encore si j'insiste sur le gaz, je risque de mettre la cabane sur le chien. Objectif, rouler aussi propre que possible et ne pas tomber. Cette spéciale est un régal absolu. L'accroche est géniale. Je prends un pied d'acier et je bénis les traceurs. Qu'importe l'embrayage pénible et le sac de points morts dans la boîte. Que du bonheur. 38e temps scratch. Pas si mal. Désormais, il ne reste plus qu'à rejoindre tranquillement le dernier pointage avant le parc.

 

La courtoisie est de règle en enduro à l'ancienne. Pardon, merci, je vous en prie, mais faites donc....

 

Nous arrivons à la ferme. Flamby nous invite à boire un coup à la buvette improvisée par l'organisation. Super idée mais il me vient une autre idée : à quelle heure devons-nous pointer ? Fred ? 15h02 ?? Quoi ???!!! Rembar, en selle !!!  Nous pointons dans la minute. Ouf !!! Contents d'en terminer, Fred et moi en rajoutons un peu dans les chemins. Nous croisons nos frères respectifs munis des caméras.  Dans ce chemin caillouteux en montée, je fais un peu trop l'idiot sur le gaz, je loupe un rapport, je le renclenche puis gniak !!! Plus rien !! M., j'ai serré ??! Fred me montre ma chaîne entortillée dans la couronne. Ça m'apprendra à faire l'âne à mon âge. Chaîne replacée, je repars en pensant à mon suiveur de frère. On devrait toujours écouter son frère aîné. S'il est aussi rigoureux avec les jeunes Aveyronnais qu'il aide sur quelques courses, je comprends pourquoi ils avancent ! J'aurais dû la retendre. Mais même replacée, elle craque. Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark. Je décide de tenter de retrouver mon frère sur la route pour retendre encore. 2 km de route et ô miracle, revoilà les frères qui nous attendent. Mais le Pascal remarque qu'un demi-maillon est cassé sur la AFAM renforcée neuve :o/. Grâce à ma prudence excessive du vendredi soir, il a ma vieille chaîne. Tout en attendant Christophe et Fred, je répare. Christophe file vers le parc. Point de Fred. Les minutes s'égrennent. Il était dans le "groupe Flamby". Flamby déboule mais toujours pas de Fred. Mon pote serait-il en panne ? Tombé ?

 

Fred Daux

 

J'attends un peu puis je décide d'en finir. Fred n'était pas bien loin derrière. Dans les chemins, je rejoins le groupe du jeune Léopold. Je me glisse à sa hauteur sur la route pour le féliciter. La gentillesse de ce gamin n'a d'égale que sa bravoure. Plus tard, je l'embrasserai dans le parc parce qu'il me tarde de faire avec mon petit Paul ce que Philippe fait avec lui. C'est l'entrée du village. C'est la fin. La moto rentre au parc. Mes douleurs ont disparu. Je suis heureux d'avoir été de cette première très réussie. C'est le plus beau parcours que j'aie fait jusqu'ici. Un très bel enduro, organisé de main de maître par une équipe dont on sent qu'elle est bien rodée à cet exercice. Bientôt, il faudra dire au revoir à mes deux super coéquipiers, quitter la tente du club en vitesse et reprendre la route. A regret. Il restera tous ces flashes de cette magnifique journée.

J'y étais, j'y reviendrai.

Merci aux organisateurs, bénévoles, municipalités, etc.., à tous ceux qui nous ont aidé de quelconque manière, à mon grognon de frère, aux copains du club Fantic, et certainement à la prochaine !

Hervé

 

 

Christophe Guyonnaud

 

On aura tous reconnu Loïc Garin dans un back flip avorté

 

Angel Sanchez

 

 Antoine Ginesty

 

Coincée entre deux Fantic, cette RX faisait partie du team Cassoulet Rillette.

 

 

A gauche, Léopold heureux. Il mérite bien sa coupe.

Heureux aussi, le Sieur Guyonnaud qui emporte la dernière version de l'Anal Intruder creusois

 

Phil Garin, 1er des 125 C1 et 3eme des C1

 

 

Pour l'occasion, nous avons tenu à ce que notre JP soit un instant revenu parmi nous.

Sûr qu'il aurait beaucoup apprécié.

 

 

Dans le même temps, on apprend que, dans le même week-end et à l'issue de la manche de Riom Es Montagne, Fantic est Champion d'Europe d'enduro avec Micheluz sur Caballero 300.

30 ans pile après Mister Brissoni.

 C'est pas du hasard, ça ? !!!!

 

Presse locale - La Montagne

 Résultats sur le Guide Vert

 VIDEO YouTube

 

 

Si vous souhaitez ajouter une bafouille, une photo, envoyez-la moi par email à chris@fanticmotor.asso.fr